Mascarille théâtre

L'autre théâtre lyonnais. Vous allez déguster

Plein tarif : 17€ / Tarif réduit : 12€

 

Théâtre, jazz & événements, toute l'année.

1

« New Fly Julien Bertrand Quartet »

Desproges disait que deux choses l’éloignaient de la mort, l’orgasme et le Saint Emilion. Je rajouterais volontiers la musique de ce quartet. Laurent Brun/Jazz Rhone Alpes

Dates : Concert annulé

En savoir plus

affiche new fly 31 mars web.jpg
2

« Fermeture exceptionnelle du Théâtre Mascarille »

Afin de respecter les mesures gouvernementales concernant le Coronavirus, les représentations et concerts sont suspendus jusqu’à nouvel ordre.

Dates : Nous vous avertirons dès la réouverture !

En savoir plus

fermeture.png

Spectacles

0

1

2

L'envers du décor

Nos spectacles débutent à 20h, mais les portes de Mascarille ouvrent une heure avant !

Pour profiter du moment, avant la représentation. Bière ou vin, sirop ou diabolo, le bar est ouvert !

 Pour les petites faims, nous pourrons vous proposer nos planches mixtes, charcuteries / fromages.

Et bien entendu, une fois la représentation terminée, vous pourrez (re)prendre un verre en compagnie des comédiens !

Notre inspiration : Molière

« Je ne comprend pas pourquoi les Français jouent Molière comme jouaient à son époque les ennemis de Molière. » Lee Strasberg

Molière est l’auteur français le plus joué dans le monde, mais il est encore assez mal connu du public. Il est un des très rare dramaturge à avoir été d’abord un comédien, qui écrivait d’ailleurs pour lui-même.

Nous publierons deux fois par mois dans cette rubrique, des faits de sa vie, professionnelle et privée, qui pourront contribuer à apporter une meilleure connaissance de l’homme et de son génie.

A propos, savez-vous que Molière vivait à Lyon ? C’est même ici qu’il a écrit et joué sa première pièce « L’Etourdi », dont le héros s’appelle… Mascarille. Il aimait énormément sa « chère ville de Lyon ». Nous savons par le poète d’Assoussy à quel point il semblait heureux ici. Cela s’arrêtera en 1658, quand il devra repartir à Paris. Lefevre a peint ce portrait cette année-là. 

« Vivat Mascarillus, fourbum imperator ! »